Birds Of Sweden : quand le génie de la lo-fi house se met à la jungle

Et ne venez pas lui dire que c’est de la « lo-fi jungle »

 

J’ai toujours trouvé les effets de mode fascinants. Aussi parce qu’ils ont une influence sur nous bien plus forte que l’on ne veut bien le croire, tordant notre jugement et nous faisant parfois dire des énormités que l’on jure, par-dessus le marché, tout à fait honnêtes. C’est comme ça que l’on arrive à se pavaner d’avoir découvert The Blaze le premier alors que Fritz Kalkbrenner, « non ça va, merci ». Heureusement, tout n’est pas à jeter, comme ce revival lo-fi de 2016 qui frappait de plein fouet la house et la blogosphère.

Les chefs de file s’appellent Mall Grab, DJ Boring (et son tube au million de vues « Winona » ), DJ Seinfeld ou Ross From Friends ; en France, on parle de Mézigue, Rāmen Break ou Hugues Rey. Des artistes jeunes, pour la grande majorité, et qui font les choses sérieusement sans se prendre au sérieux, pour reprendre Eliott Litrowski, cofondateur du label Fuego International. Ça enregistre dans le rouge, les machines sont cheap, l’enceinte semble rendre l’âme à chaque kick et le 96 kbps est la norme. Voilà l’esprit, tout bonnement punk, du lo-fi. Pour autant, cela était et est encore perçu comme rafraîchissant pour la scène house actuelle – parfois un peu trop fébrile aux prises de risque – parce que radical et primaire.

 

Et question radicalité, DJ Seinfeld sait de quoi il parle. Avec cet EP sur le label UN.T.O., le Suédois fait le grand écart en délaissant la lo-fi house pour la jungle et se crée par la même un nouveau pseudonyme : Birds Of Sweden. Et qu’on ne vienne pas lui dire que c’est de la « lo-fi jungle », il n’apprécierait pas. D’ailleurs, le choix de ce nom poétique est justement un pied de nez à la hype qu’on lui a attribué : « Au départ, ce projet s’appelait DJ Kramer [en référence à Cosmo Kramer, personnage du sitcom américain Seinfeld, ndlr]. Mais avec tout ce ramdam autour du nom ‘DJ Seinfeld’, c’était un peu trop redondant… bien que j’apprécie toujours la valeur comique d’un alias jungle que l’on nomme Kramer. » Finalement, ce sera Birds Of Sweden parce qu’ « un jour, des oiseaux ont chié sur mon balcon. » Punk, on vous dit.

Finalement, ce sera Birds Of Sweden parce qu’ « un jour, des oiseaux ont chié sur mon balcon. »

La suite de l’histoire est pavée d’insolents « je sais pas trop, j’avais envie », si communs sur cette scène lo-fi très DIY que ça en devient énervant – mais pas moins intéressant. Pour Armand (de son vrai prénom), passer de la house à la jungle semble anodin : « Je n’ai jamais vraiment réfléchi à ce projet, j’avais juste envie de produire des tracks de jungle et de les poster sur SoundCloud. Quand UN.T.O. est tombé dessus, je me suis dit que ça pourrait être fun de les sortir, mais je n’ai aucune idée de ce qui va se passer ensuite. » Il se trouve par ailleurs que le Suédois n’est pas le seul artiste estampillé lo-fi house à fricoter avec la jungle. Il est même intéressant de constater que beaucoup sur cette scène ne prennent même pas la peine de créer un alias différent pour sortir leurs productions jungle ou breakbeat. On pensera notamment à Kanyalang!, DJ Different, DJ Swagger, D. Futers, D. Tiffany ou encore à Ray Kandinski, qui met sous une unique bannière un track de « moody house » comme un superbe EP de liquid jungle, Neue Dimensionen. Mais ça, c’est une autre histoire.

 

Fan de jungle, de 2-step, dubstep, UK garage et de drum’n’bass depuis longtemps, DJ Seinfeld troque avec Birds of Sweden ses influences house contre Soichi Terada, Photek, El-B, Burial ou ce disque qu’il chine dans un disquaire d’Édimbourg – l’un de ses premiers achats – Accelerator de The Future Sound Of London.

À la fin, je lui demande par mail quels liens il existe entre le projet DJ Seinfeld et celui-ci. Avec un sourire que je lui imagine, il répond : « Si tu tends l’oreille, tu pourras t’apercevoir que les claps sont des samples de la porte de l’appartement de Jerry [Seinfeld] que claque [Cosmo] Kramer ». Et termine, plein de mystères : « Bien que je ne me sente pas totalement à l’aise avec cette étiquette lo-fi, je ne me suis jamais senti obligé de prouver quoi que ce soit avec ma musique. Mais je pense que mes prochaines sorties vont un peu l’effacer. » La lo-fi, et après ?

Birds Of Sweden
Birds of Sweden EP
Label : UN.T.O.
# : UNTO07.5
Date de sortie : 28/04/17
Acheter

UNTO_RSD17_WHITE_WEB.jpg
Artwork

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s