Oklou prouve qu’on peut chialer avec de la pop

« The Rite Of May » est juste le meilleur boulot de la figure fĂ©minine de l’underground Ă©lectronique français.

Chronique originellement parue sur Qobuz.com

 

En 2016 apparaissait un nouveau sous-genre de musique Ă©lectronique, largement inspirĂ©e de l’esthĂ©tique Net Art (propre Ă  Internet) et de ses dĂ©viations musicales comme la vaporwave (Oneohtrix Point Never, Macintosh Plus
). Une scĂšne française s’en est dĂ©tachĂ©e et Oklou Ă©tait – et reste encore – l’une des plus actives reprĂ©sentantes de cette « scĂšne Internet » ou « Internet Wave » qui a bien Ă©voluĂ© en seulement deux annĂ©es. Et Marylou Mayniel, de son vrai nom, aussi. Si ses prĂ©cĂ©dents maxis (ainsi que ses activitĂ©s au sein du collectif fĂ©minin TGAF) ont tous jalonnĂ© ce son 2.0, The Rite of May est certainement son travail le plus abouti, le plus mature.

SignĂ© sur le label britannique Nuxxe de l’artiste coucou chloe, l’EP atteste d’une qualitĂ© de production inĂ©dite chez cette artiste de 24 ans Ă  peine, prouvant qu’elle est maintenant capable de jouer avec les grands de la cour. Au-delĂ  du son, c’est son travail d’écriture qui dĂ©note, tant par l’intimitĂ© de ses paroles que ses mĂ©lodies gĂ©nĂ©tiquement pop sans jamais ĂȘtre cheesy, comprenez pensĂ©es pour parler Ă  un maximum de monde. Il semblerait qu’Oklou ait digĂ©rĂ© toutes ses influences mainstream, qu’elle assume pleinement et qui ont une place prĂ©pondĂ©rante dans son patrimoine musical, forgĂ© gamine dans la campagne française, dictĂ© par MTV et une connexion ADSL restreinte. C’est cela qu’elle mĂȘle Ă  sa musique Ă©lectronique, implĂ©mentant par lĂ  mĂȘme cette mĂ©lancolie gĂ©nĂ©rationnelle, ses doutes mais aussi sa vision du futur : paradoxale comme une fleur qui se fane au beau milieu du printemps.

❏

Oklou Ă©tait l’invitĂ©e de La Pieuvre sur Rinse France

Le 8 avril sur Rinse France, La Pieuvre recevait Oklou pour discuter le bout de gras autour de son EP qui nous a tous mis sur le cul, de Justin Bieber, de la question du mainstream et de l’underground, d’Internet, de la mĂ©lancolie de l’adolescence et de la rupture amoureuse. En deux heures, nous avons refait ensemble son parcours Ă  travers sa musique et celle des autres, un blind-test, un track-ID et un DJ set de 40 minutes, Ă  rĂ©Ă©couter juste ici :

 

OK_Lou_c_Holly_Blakey-4.jpg
©Holly Blakey
OK_Lou_c_Holly_Blakey-5.jpg
©Holly Blakey
OKLOU_cover_THE_RITE_OF_MAY.jpg
Artwork

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s